Vieille polémique toujours d’actualité, l’opposition entre secteurs public et privé a été relancée par le gouvernement avec la présentation de son projet de réforme de la fonction publique, qui prévoyait initialement la suppression de 120.000 postes d’ici 2022, sur un total d’environ 5,5 millions de fonctionnaires. Objectif : moderniser et flexibiliser la fonction publique en réduisant notamment le nombre d’agents sous statut et en facilitant, au contraire, les embauches de contractuels pour des durées déterminées. Sans compter le bonus des primes en tous genres